Assurance-vie : les frais se négocient de plus en plus

Les assureurs font des offres promotionnelles au coup par coup.

La baisse du taux du livret A a remis l’assurance-vie en selle. Et pour la rendre plus compétitive encore, certains assureurs promettent un taux garanti attrayant pour quelques mois. D’autres offrent une réduction des frais d’entrée. Maaf Assurances, par exemple, incitait il y a quelques semaines encore certains de ses clients à réinvestir vite sur leur vieux contrat pour profiter de frais réduits. Suravenir (Groupe Crédit mutuel Arkea) a, elle, baissé ceux de son contrat Prévi Options pour les versements réguliers ou les moins de 26 ans.

Car les frais sont le talon d’Achille de l’assurance-vie. Les assureurs les plus gourmands affichent encore 4,5 % de prélèvement sur les versements de leurs clients. Soit davantage que les intérêts à gagner en une année ! Les compagnies les plus raisonnables tournent autour de 3 %. « Mais en pratique, les clients négocient ou bénéficient d’offres. Les frais sur versement réellement prélevés en 2008 chez nous ont été en moyenne inférieurs à 1,25 % », précise Didier Ledeur, directeur général de GMF Vie.

Mais pour négocier, tous les épargnants ne se battent pas à armes égales. L’assureur est plus conciliant avec ceux qui souhaitent verser un capital important, ou qui ouvrent un nouveau contrat, qu’avec ceux qui versent une petite somme chaque mois. « Il est aussi plus difficile d’obtenir une baisse des frais lorsque le contrat a plus de huit ans et qu’il permet de profiter d’une fiscalité optimale. L’assureur sait que cela incite le client à investir sur ce contrat plutôt que sur un autre », observe Stéphane Gouny, directeur marketing de Legal & General France. Une dizaine de contrats sans frais d’entrée ont été créés, principalement sur Internet.

Voir en ligne : Le figaro - Assurance-vie : les frais se négocient de plus en plus