Le taux du livret A devrait rester inchangé le 1er février 2012

Le taux de ce placement est calculé automatiquement deux fois par an, en fonction de la hausse des prix.

Petite déception en vue pour les épargnants. Contrairement à ce qui était anticipé, la rémunération du livret A, actuellement fixée à 2,25% net d’impôt, pourrait ne pas être relevée à 2,5%, voire 2,75% le 1er février. Le taux de ce placement est calculé automatiquement deux fois par an, en fonction de la hausse des prix. En décembre, l’inflation est sûrement restée élevée (2,4% hors tabac prévu), ce qui justifierait donc une hausse de la rémunération du livret. Cependant, le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, a laissé entendre hier que si cela se confirmait (les chiffres de l’inflation seront annoncés jeudi), il recommanderait au ministre des Finances de déroger à la règle, comme le prévoient les textes, en « cas de circonstances exceptionnelles ». Car l’inflation devrait baisser dans les prochains mois. Les économistes prévoient en effet une baisse progressive des prix, avec un passage de l’inflation sous les 2% fin 2012, ce qui pourrait entraîner une baisse du taux du livret A en août. « Ce que je regarderai, c’est l’inflation qui va venir, parce que ça ne ­servirait à rien que le taux augmente légèrement pour rebaisser immédiatement ensuite », a prévenu Christian Noyer.

D’autres facteurs entreraient aussi en jeu. « Augmenter le taux du livret A serait contraire aux objectifs de la BCE, qui cherche à inciter les épargnants à se détourner de l’épargne de court terme trop recherchée », avance Cyril Blesson, cofondateur des Cahiers de l’épargne. De plus, la rémunération d’autres placements étant, pour des raisons marketing, corrélée à celle du livret A, « cela créerait une pression dangereuse sur les rendements dans un contexte financier peu favorable aux rémunérations élevées », poursuit-il. Dommage pour les épargnants pour qui cette hausse annoncée du livret A était l’une des rares bonnes nouvelles de ce début d’année.